Archives

Dis-moi comment tu t’appelles et je te dirai qui tu es?


Comme partout ailleurs en Afrique nous avons différentes ethnies au Sénégal à savoir : les Sérères, les wolofs, les diolas, les halpulaars (peuls et toucouleurs), les Bandials, les Mancagnes, les Karones, les Madingues ( Socés, Bambara, Soninkes), les Bassaris, les Bediks, les Conianguis, les Badiarankes et les Lébous (proches des Wolofs). Dans chacune de ces ethnies, nous avons des coutumes qui leur sont propres dont le choix du Nom.
Qu’est-ce que le Nom? Comment a-t-il évolué au fil du temps? Quel est la signification du Nom dans les différentes ethnies? Sont des questions auxquels nous allons répondre tout au long de cet article.
Dans le Larousse, le Nom a plusieurs significations mais celle qui nous intéresse est celle-ci : le nom est le prénom ou un ensemble formé par le nom de famille et le prénom. La preuve, quand on vous demande de vous présenter on vous demande : « Quel est votre nom ?dans le sens de quel est votre prénom et votre nom de famille? » Le Nom de famille étant acquis à la naissance, nous allons donc nous intéresser au prénom. Ce dernier peut varier d’une religion à une autre, d’une ethnie à une autre mais aussi d’un pays à un autre.
Le prénom est très important parce que c’est cela qui permet de signifier le nouveau-né, de lui donner une place officielle au sein de la famille. La preuve au Sénégal, le prénom du bébé reste secret jusqu’au jour du baptême, qui a lieu en général au 8ème jour. On le célèbre en grandes pompes.

Par ailleurs, le prénom a une importance capitale parce qu’il peut revêtir différentes fonctions dont les principales sont : véhiculer un message (Coumba qui veut dire celle qui est forte), souligner un événement historique ( Ndate Yalla, qui était une des figures emblématiques de la lutte anticolonialiste et dernière reine du Walo) ou le rappel de l’existence d’un ancêtre revenu parmi les vivants (Ya-dikone ou Dikone qui veut dire la revenante).
Ainsi donc, grâce aux prénoms traditionnels, nous pouvions facilement identifier l’ethnie de la personne mais il devient de plus en plus difficile de nos jours parce que les prénoms traditionnels se font de plus en plus en rare. Ceci s’explique par le fait qu’en plus de l’influence des religions monothéistes ( l’islam et le christianisme), notre société s’est occidentalisée. Parmi les prénoms traditionnels, nous avons en fonction de l’ethnie:

  • chez les sérères : Mossane (prénom féminin qui signifie la belle ), Modiane (masculin, qui veut dire le meilleur.), Fakhane ( la tendre, la gentille) ou Diegane (le riche).
  • Chez les Halpulaars, nous avons : Maodo ( qui signifie le plus âgé), Pâté (le second fils), Yumma (mère) ou encore Thierno (le marabout, le savant).
  • Chez les diolas nous avons : Atepa ( le bâtisseur), Sibeth (celle qui a gagné plusieurs combats) ou encore Ina (la maman. On le retrouve au Cameroun avec la même signification Ina iyo et même en Moldavie).
  • Chez les madingues nous avons : Sadio (veut dire l’enfant. Il est à la fois masculin et féminin), Kéba (le grand homme ) et son féminin Mousskéba( la grande dame), Sita (le baobab) ou encore Tenimba (celle qui est née un lundi).
  • Chez les Wolofs et les lebous nous avons, Sagar (morceau ou une partie de…), Ken Bougoul (celle dont personne ne veut) ou encore Yakha Mbotou (gâche linge). On donnait ce genre de prénoms pour conjurer le mauvais sort chez les femmes qui accouchaient d’enfants mort-nés ou d’enfants qui décédaient peu après la naissance. C’est purement mystique.
  • Chez les bassaris, une société matriarcale (l’enfant a le nom de famille de sa mère), le prénom de l’enfant dépend de son rang dans la famille, par exemple: Thiara, prénom masculin signifie l’aîné et Thira l’ainée, Tama : le deuxième garçon et Ingana: la deuxième fille.
    Tous ces prénoms cités ci-dessus sont des prénoms traditionnels mais avec l’arrivée de l’islam vers le 11ème siècle, beaucoup de sénégalais se sont convertis et ont choisi pour la plupart des prénoms musulmans d’origine arabe qui ont été adaptés à nos langues nationales. Parmi eux, nous pouvons citer: Saliou, de l’arabe Salih qui signifie  »vertueux », Aissatou de l’arabe Aish, l’une des épouses du prophète Mouhammed (Psl) qui veut dire  »vivante », Seynabou de l’arabe Zeynab, le prénom d’une des filles du prophète, qui désigne « un bel arbre du désert avec des fleurs parfumées » et Abdoulaye ou Ablaye de l’arabe Abdallah ou Abduu  »le serviteur de Dieu », pour ne citer qu’eux.
    Vers le 14ème siècle, le Christianisme est venu grâce aux portugais qui l’ont répandu avec l’évangélisation. C’est la raison pour laquelle beaucoup de chrétiens ont des prénoms d’origines bibliques suivis de leurs prénoms traditionnels, par exemple : Elizabeth Nbébane (la cadette). Parmi les prénoms d’origine bibliques nous avons : Thérèse du grec Thereios qui veut dire  »été » ou encore Theresia qui fait référence à une île de la mer Egée et signifie  »habitante de l’île aux bêtes fauves« . Nous avons aussi Elizabeth de l’hébreu Elisaba qui signifie  »Dieu est plénitude » , ou encore Jean dérivé du prénom hébraïque Yehohanan qui veut dire  »Dieu a fait grâce« . Jean est l’un des douze apôtres de Jésus, de l’hébreu Jeshua ou Joshua qui signifie  »Dieu est le sauveur ».
    Ailleurs en afrique nous avons Kémi ( le noir), Angola (le fort), Koffi (garçon), Fafa ( paix), Dela ( sauveur), N’golo ( 3e fils), Faly (heureux), Aina ( vie), Ze (la 5ème fille ), Zayi ( sagesse), Namibie (bouclier de feu) Nefertari (la belle est arrivée), Shen ( éternité), Nzola ( amour) entre autres. Tous ces magnifiques prénoms, combinés aux noms de famille forment un excellent mélange qui révèle non seulement notre identité mais raconte aussi une histoire magnifique, celle de nos origines. Certes, notre société avait été hiérarchisée dans le temps. Mais la noblesse, ce n’est pas juste un titre. C’est un comportement, une attitude que l’on adopte afin d’incarner le respect. Donc quelque soit, notre pays d’origine, notre religion, notre ethnie ou encore notre caste, soyons fiers de ce que nous sommes, parce qu’en réalité ne sommes point n’importe QUI.
    Moi je m’appelle NDÈYE qui veut dire  »maman » en Wolof parce que j’ai le prénom de ma grand-mère, FATOU de l’arabe Fatima qui veut dire : « celle qui a été sevrée » et mon nom de famille est SARR. Je suis l’arrière petite fille de Farba Diene Sarr (Sarr badioup dianar boubacar samba lindiane), de Bouya fall (demi-frère du défunt roi Diery dior Ndella Fall) et de Amadou Ndao (ndaw koundeu, sa néné arame fakha borom dioungue dioungue yassa Ndoukoumane). Eh oui, je suis fière de mes origines sérères, halpulaars et diolas (côté maternel). Voilà l’histoire qui se cache derrière mon Nom et vous quelle est la vôtre?

Ndèye Fatou Sarr

Blogueuse, maman, passionnée par l’écriture.

Inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *