Archives Interviews

Le saviez-vous?

Le foulard est un morceau de tissu qui fait office de coiffure et que l’on retrouve dans beaucoup de pays du monde. La manière de le nouer peut être différente d’un pays à un autre, d’une religion à une autre mais aussi d’une culture à une autre. Au Sénégal on l’appelle  »Moussor », au Nigéria  »Gele », au Mali  »Moussoro », chez les Touareg « K’sa »,  »Maré tèt »chez les créoles des Antilles et  »Doerk » en Afrique du Sud, pour ne citer qu’eux. En wax, en bazin, en shantung ou en soie, cet accessoire de mode a bien évolué au fil du temps. Allons à la découverte de ce magnifique bout de tissu qui sublime les têtes des femmes africaines depuis des lustres.

Buzz Fashion by Deeja

Beaucoup de personnes pensent que le foulard est venu en Afrique avec l’arrivée de l’islam. Non, le foulard était porté bien avant cela. Au Mali par exemple, les femmes bambara le portaient pour se protéger du mauvais œil. Le foulard était aussi une sorte de communication non verbale. Il permettait de donner des informations sur la personne qui le porte, à savoir : son ethnie, sa situation matrimoniale ou encore son rang social. Chez les Yorouba par exemple, lorsque le bout du foulard penche vers la droite cela signifie que la femme qui le porte est mariée. Mais quand le bout penche du coté gauche, cela veut dire que cette femme est célibataire. Au Sénégal, ce sont généralement les femmes d’un certain âge qui le portent le plus comme accessoire de tous les jours. Les plus jeunes le portent généralement lors des occasions spéciales (mariages, baptêmes, cérémonies religieuses) pour sublimer leurs tenues ou tous les vendredis (au Sénégal, les vendredis presque tout le monde met un habit traditionnel). En Afrique du sud, la future mariée porte le  »Doerk«  pour rencontrer sa belle famille. Malheureusement, de nos jours avec la venue des cheveux naturels sur le marché africain, beaucoup de femmes ont troqué ce magnifique accessoire contre des faux cheveux nuisibles au cuir chevelu. Heureusement, qu’il y’a encore des africaines comme Khady Seck, maquilleuse et coiffeuse avec sa marque Buzz Fashion by Deeja, expertes dans l’art du foulard, qui contribuent grandement à faire perdurer cette magnifique tradition à travers leurs différentes créations.

Buzz Fashion by Deeja

Par contre, ailleurs dans le monde comme aux USA, le port du foulard a eu une toute autre signification. Il était un symbole de domination et de servitude que les esclavagistes avaient imposé aux femmes noires pour couvrir leurs belles chevelures, tant convoitées par les hommes blancs de l’époque. Sous l’administration du gouverneur Esteban Rodriguez Miro, »La loi du Tignon » ou  » The Tignon Law » a été votée en 1786 en Louisiane, imposant ainsi aux femmes de couleur de porter un foulard parce que les femmes des esclavagistes étaient jalouses d’elles. Mais même avec l’application de cette loi, les femmes noires de l’époque ont fait preuve de créativité en ornant leurs chevelures avec de belles étoffes colorées et de beaux bijoux; ce qui mettait encore plus en valeur leur beauté. Le foulard est aussi un symbole religieux. On le retrouve chez les musulmans (hijab entre autres), chez les chrétiens (exemple des Sœurs), chez les juifs ou encore chez les shikhs (portés par des hommes) entre autres.

Buzz Fashion by Deeja

Pour finir, aujourd’hui le foulard africain, surtout en Wax est en train de connaitre un véritable succès à travers le monde. Il est devenu de nos jours un symbole d’appartenance et d’identité culturelle et se porte avec n’importe quelle tenue. C’est avec fierté que les africaines comme Lupito Nyong’o ou encore les stars américaines comme Beyoncé et Alicia Keyes, le portent pour montrer fièrement leurs origines africaines. Le foulard s’invite même dans les défilés des plus grands créateurs de mode du monde. Donc ne pensez-vous pas que la création des faux cheveux, plus vendus en Afrique et aux USA, n’est rien d’autre qu’une  »Tignon law », pour camoufler la beauté de la femme noire? Parce que le Moussor nous rend non seulement  »Diongoma » (majestueuses) mais nous donne aussi beaucoup de « Manaaa » (prestance). Alors mesdames, à vos moussors.

Merci à Khady Seck. Pour voir ses belles œuvres vous pouvez visiter sa page: https://www.facebook.com/buzzfashion221/

NB: je lance un défi à toutes les femmes qui liront cet article :  »le Moussor challenge ». Veuillez s’il vous plait poster une belle photo de vous avec un beau foulard, sur votre statut WhatsApp ou sur n’importe quel réseau social avec la mention suivante:  »Moussor Challenge relevé ». Ainsi donc, vous allez inciter d’autres femmes à relever ce défi et nous montrerons au monde à quel point la femme est magnifique avec un foulard. A vous maintenant.

Ndèye Fatou Sarr

Blogueuse, maman, passionnée par l’écriture.

Inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *