A la une En vogue

Il était une fois le développement personnel…

On entend beaucoup parler de Développement personnel de nos jours et plusieurs d’entre nous ne savent pas vraiment ce que cela veut dire. Comme toute personne avide de connaissances, j’ai donc décidé de m’y pencher afin d’éclairer la lanterne de ces personnes qui se posent les questions suivantes :
Qu’est-ce que le développement personnel ? Quels sont les outils qui peuvent nous aider au quotidien? Quelle est l’importance du développement personnel surtout pour nous les africains?

Pour définir ce qu’est le développement personnel, nous avons fait plusieurs recherches mais la définition la plus explicite est celle-ci : « Le développement personnel est un ensemble hétéroclite de pratiques, appartenant à divers courants de pensées qui ont pour objectif l’amélioration de la connaissance de soi, la valorisation des talents et potentiels, l’amélioration de la qualité de vie personnelle, la réalisation de ses aspirations et de ses rêves. » En d’autres termes, le développement personnel est ce long chemin qui mène vers la Réussite. Mais pour réussir nous devrons passer par différentes épreuves qui vont nous permettre de mieux nous connaître, de mettre en pratique nos compétences et nos connaissances mais aussi de nous améliorer. Et quand on dit Réussir: on y intégre tous les aspects de la vie (la famille, le travail, la religion et les rapports entre nous et les autres…).
Pour mieux étayer nos propos, nous allons faire un petit rappel historique avec la fameuse pyramide des besoins de Maslow. La dite pyramide est en fait, un graphique qui classe les besoins de l’individu dans cet ordre :

  • Les besoins physiologiques (respiration, manger, boire, excrétions, sexe, sommeil…)
  • Les besoins de sécurité : (sécurité du corps, de l’emploi, de la famille, des richesses…)
  • Les besoins d’appartenance et d’amour ( famille, amis..)
  • Les besoins d’estime (estime de soi, confiance, réussite, respect)
  • Et les besoins d’accomplissement de soi ou encore ce que Maslow qualifie comme étant la recherche du bonheur (créativité, moralité, spontanéité, résolution des problèmes, acceptation des préjugés…).

De plus, pour Maslow, tous ces besoins précédemment cités, seront toujours présents au courant de notre vie mais certains seront plus pressants que d’autres : d’où la notion de priorité. Pour ainsi dire, nous avons tous des besoins mais dépendamment de notre situation nous n’avons pas les mêmes priorités.

Par ailleurs, contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, le développement personnel a toujours été présent dans la vie des africains mais pas de la même manière qu’en Occident. A titre d’exemple, nous pouvons citer le Boutkout. C’est un rite d’initiation diola (une ethnie du sud du Sénégal) qui a lieu en général tous les 30, 40 voir 50 ans. La date de la cérémonie dépend des sages du village qui tiennent en compte certains facteurs pour la fixer. Ce rite regroupe des jeunes hommes d’âgés différents à qui on rase la tête et qui passent plusieurs semaines dans la foret appelé  » bois sacré « où les sages leurs inculquent des valeurs comme le « Diom »(courage), le « Kersa » ( la retenue), le « Ngor » (la dignité) à travers différentes épreuves qu’ils doivent coute que coute réussir afin d’honorer leurs mères restées au village et attendant leur retour triomphal. Par contre, Il est important de signaler que ce rite existait bien avant la colonisation et c’était d’ailleurs l’unique école « de la vie » de l’époque qui permettait aux jeunes hommes de s’intégrer dignement dans la société mais aussi d’apprendre à défendre la dite société. Ce rite se fait encore aujourd’hui mais avec quelques changements.

En plus du Boukout( pratiqué dans plusieurs villages du sud du Sénégal), le sport aussi et plus particulièrement la capoeira contribue grandement au développement personnel de l’individu. Pour ceux qui ne la connaissent pas, la capoeira est un art martial afro-brésilien qui mélange des techniques de combat et de danse. Il était pratiqué par les esclaves noirs pour non seulement camoufler leurs techniques de combat à leurs maîtres mais aussi pour communiquer entre eux. D’ailleurs, ce sport se pratique encore dans des pays comme le Sénégal (à l’île de Gorée par exemple) ou au Brésil entre autres. Et il aide beaucoup de personnes et surtout les enfants à améliorer leur estime de soi et leur confiance en leur enseignant la maîtrise de soi, le contrôle des émotions et aussi le développement des compétences.

D’autres disciplines comme le Yoga ou encore la méditation sont aussi de très bons outils pour renforcer notre développement personnel mais ces deux sports ne sont pas très répandus en Afrique. A cela s’ajoutent d’autres outils comme le coaching qui est de plus en plus fréquent dans la société. Mais en ce qui concerne ce dernier, prenez le temps de bien choisir vos coaches avant de vous engager parce qu’il y’a beaucoup de personnes qui se disent experts sans vraiment l’être.

Par ailleurs, beaucoup de personnes confondent Estime de soi et Confiance en soi. L’estime de soi, c’est la perception ( la valeur qu’on se donne) que l’on a de soi-même. Elle peut être négative ou positive. Et chez une même personne cela peut varier en fonction de l’activité, de la période, de l’âge ou du milieu( social, scolaire…).Tandis que la Confiance en soi, c’est le fait de croire fortement en ses capacités pour faire face à toute situation quelques soient les difficultés ou les doutes que l’on a.


Compte tenu de tout ceci, nous pouvons dire que le développement personnel est très important dans la vie de toute personne parce que cela lui permet de faire son propre diagnostic et de combler ses lacunes afin d’être une meilleure version d’elle-même. Dès lors, il devient donc important de mettre en valeur toutes les pratiques africaines qui contribueraient à renforcer le développement personnel au sein de notre continent parce que nous avons le potentiel et les ressources (matérielles et humaines) pour aider les gens à être meilleurs. Et quant nous aurons des gens meilleurs, nous pourrons tendre vers une Afrique meilleure.

Ndèye Fatou Sarr

Blogueuse, maman, passionnée par l’écriture.

Inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *